Accueil Economie Taxes : La France prête à riposter contre les Etats Unis ?

Taxes : La France prête à riposter contre les Etats Unis ?

La France a averti qu’elle riposterait avec le plein appui de l’Union européenne si les États-Unis imposaient des droits de douane sur des produits français d’une valeur pouvant atteindre 2,4 milliards de dollars, notamment le champagne, le roquefort, les sacs à main et le rouge à lèvres.

Les États-Unis envisagent d’imposer des droits de douane de 100 % sur certains produits français en réponse à la décision de la France de taxer le commerce numérique local des grandes entreprises technologiques comme Google et Facebook. Une décision sur les droits de douane étant attendue dans les prochains jours, le ministre français des Finances Bruno Le Maire a rencontré mardi à Paris le chef du commerce de l’UE Phil Hogan.

« Nous pensons que le projet américain de sanctions contre la taxe numérique française est inamical, inapproprié et illégitime « , a déclaré Bruno Le Maire.

Si des droits de douane américains devaient être imposés, « nous porterions l’affaire devant l’Organisation mondiale du commerce et nous serions prêts à réagir », a déclaré Le Maire.

Depuis l’année dernière, la France impose une taxe annuelle de 3 % sur les revenus en France des entreprises numériques dont le chiffre d’affaires annuel global est supérieur à 750 millions d’euros et dont les recettes françaises dépassent 25 millions d’euros. La France fait pression pour un accord global sur la façon de mieux taxer les opérations numériques, qui sont généralement déclarées dans le pays d’origine de l’entreprise plutôt que dans le lieu où elle fait des affaires.

Dans un appel téléphonique avec le secrétaire américain Steven Mnuchin lundi, Bruno Le Maire a déclaré que les parties avaient convenu « d’intensifier les efforts dans les jours à venir pour essayer de trouver un compromis ».

Lors de discussions avec le président Donald Trump en août dernier, le président français Emmanuel Macron a promis que la France abandonnerait sa taxe numérique si un accord pour mieux taxer les entreprises numériques était trouvé à l’OCDE, qui comprend 134 pays.