Accueil France Affaire Griveaux : Pyotr Pavlensky libéré !

Affaire Griveaux : Pyotr Pavlensky libéré !

Les procureurs français ont placé mardi sous enquête officielle Pyotr Pavlensky et Alexandra de Taddeo, le couple soupçonné d’avoir publié une vidéo racée qui aurait été réalisée par l’ancien candidat à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux.

Les procureurs français ont placé mardi dernier de Taddeo, 29 ans, sous enquête formelle pour atteinte à la vie privée et publication d’images à caractère sexuel sans consentement.

De Taddeo est le destinataire de la vidéo qui a incité Benjamin Griveaux, du parti au pouvoir, à se retirer brusquement de la course à la mairie de Paris la semaine dernière. Elle fait l’objet d’une enquête pour la fuite d’une vidéo envoyée en 2018 qui montrait un homme se masturbant en même temps que des messages textuels racés.

Pavlensky, un militant russe qui a obtenu l’asile politique en France en 2017, a admis avoir téléchargé les images sur un site web spécialement conçu à cet effet, disant qu’il voulait exposer « l’hypocrisie » de Griveaux, un père marié de trois enfants.

Pavlensky, 35 ans, est également poursuivi en justice pour l’affaire qui a mis fin à la campagne de l’ancien porte-parole du gouvernement – le premier homme politique français de haut rang à se retirer d’une élection à cause d’un scandale sexuel.

Pavlensky et de Taddeo ont été placés en détention à Paris samedi et interrogés pendant deux jours. De Taddeo a été libéré mardi et on lui a ordonné de s’abstenir de tout contact avec Pavlensky.

La jeune femme, une étudiante en droit qui parle plusieurs langues dont le russe, serait en possession d’autres vidéos de Griveaux, selon une source proche de l’enquête.

Son avocat, Noémie Saidi-Cottier, a confirmé que son client avait reçu les messages de Griveaux mais a nié les avoir conservés en vue de les utiliser contre lui.

« Elle les a gardés pour les garder », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle n’était « pas derrière la publication des images ».

Pavlensky, qui était encore interrogé mardi soir, fait également l’objet d’une enquête pour une bagarre au couteau lors d’une fête de la Saint-Sylvestre à Paris.

Selon son avocat, Pavlensky n’a pas fait l’objet d’une enquête formelle pour l’affaire du Nouvel An.

Le militant a déclaré en quittant le palais de justice qu’il espérait continuer à diffuser des vidéos sexuelles de « fonctionnaires, hommes politiques, représentants du pouvoir ».

La fuite de la vidéo a déclenché un élan de sympathie pour Griveaux en France, où les politiciens et les médias ont rejeté les scandales sexuels comme des affaires privées.

Pavlensky, qui a fait la une des journaux en 2013 en clouant son scrotum sur la Place Rouge à Moscou en guise de protestation politique, a déclaré à l’AFP la semaine dernière qu’il avait voulu dénoncer « l’hypocrisie » de cet homme politique de 42 ans qui avait fait de la famille un thème central de sa campagne.

Le militant, qui a un long passé de protestations radicales, a reçu l’asile en France après avoir été victime des autorités russes.

A un mois des élections municipales, l’ancienne ministre de la santé Agnès Buzyn a été pressée de prendre sa place en tant que candidate à la mairie de Paris du parti de la République en mouvement de Macron (LREM).

Elle doit relever un défi de taille pour évincer la socialiste sortante Anne Hidalgo – Griveaux se présentait déjà à une lointaine troisième place avant que la vidéo n’apparaisse.