Accueil France Un citoyen français meurt sous la garde d’agents de l’immigration américaine

Un citoyen français meurt sous la garde d’agents de l’immigration américaine

Un citoyen français et originaire d’Angola est mort sous la garde d’agents de l’immigration américains, ont-ils déclaré mercredi, le dernier en date des décès survenus au cours de la répression américaine contre les immigrants illégaux.

Une déclaration de l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) a identifié la personne comme étant seulement « un homme de 40 ans, natif d’Angola et citoyen français ».

Ils ont indiqué que la personne est morte dimanche dans un hôpital à Albuquerque, au Nouveau Mexique.

« Une autopsie est en cours pour déterminer la cause officielle du décès « , a déclaré l’ICE, ajoutant que les agents consulaires français ont été informés et  » tentent de localiser les proches « .

Contactée par l’AFP, une porte-parole de l’ambassade de France a déclaré qu’elle ne pouvait pas donner plus de détails « à ce stade », au-delà de ce qui figure dans la déclaration de l’ICE

Ce décès fait suite à celui de Nebane Abienwi, 37 ans, du Cameroun, qui, selon l’ICE, est mort sous sa garde à San Diego, en Californie, en octobre, des suites d’une hémorragie cérébrale.

Plus tard dans le mois, un Cubain, Roylan Hernandez-Diaz, 53 ans, est mort d’un suicide apparent alors qu’il était sous la garde de l’ICE en Louisiane, a indiqué l’agence.

Entre décembre 2018 et mai 2019, cinq enfants du Guatemala sont morts en détention après avoir été appréhendés par des agents des frontières américaines.

La lutte contre l’immigration, tant légale qu’illégale, est au cœur du programme du gouvernement du président américain Donald Trump.

Il a mis en œuvre de nombreuses mesures pour freiner la forte augmentation du nombre de personnes qui franchissent la frontière sud des États-Unis, qui a submergé le système d’immigration, mais plusieurs de ses politiques relatives aux migrants ont été bloquées devant les tribunaux et ont suscité des controverses.

Selon Human Rights Watch, la mort de Hernandez-Diaz a soulevé  » des questions troublantes sur un système dont nous savons qu’il n’a pas su protéger les demandeurs d’asile et les autres immigrants dont il a la charge, encore et encore « .