Accueil International Premier décès à Hong Kong du Coronavirus

Premier décès à Hong Kong du Coronavirus

Hong Kong a annoncé mardi son premier décès dû au coronavirus chinois, les hôpitaux ayant coupé leurs services suite à une grève du personnel médical exigeant la fermeture complète de la frontière avec la Chine continentale. Le bilan en Chine continentale continue de s’alourdir avec 425 décès et plus de 20.000 infections confirmées annoncées mardi.

Tous les points de passage terrestres et maritimes de Hong Kong avec la Chine continentale, sauf deux, ont été fermés à minuit après que plus de 2 000 travailleurs hospitaliers se soient mis en grève cette semaine. Jusqu’à 9 000 travailleurs médicaux devraient se joindre à un débrayage plus important mardi pour exiger la fermeture de la frontière avec la Chine.

L’autorité hospitalière de Hong Kong a déclaré qu’elle réduisait les services parce qu' »un grand nombre de membres du personnel sont absents » et que « les services d’urgence des hôpitaux publics ont été touchés ».

Les derniers chiffres du continent, 425 décès et 20 438 infections confirmées du nouveau coronavirus, sont en hausse par rapport aux 361 décès et 17 205 cas de la veille. En dehors de la Chine continentale, au moins 180 cas ont été confirmés, dont deux décès, à Hong Kong et aux Philippines.

Le patient qui est décédé à Hong Kong était un homme de 39 ans qui s’était rendu à Wuhan, la ville continentale qui a été l’épicentre de l’épidémie, avant d’être hospitalisé. L’autorité hospitalière a déclaré mardi qu’il avait des problèmes de santé existants mais n’a pas donné de détails.

La plupart des cas de maladie ont été bénins, mais la plupart des personnes décédées étaient des personnes âgées souffrant d’autres maladies telles que le diabète ou les maladies cardiaques.

La Chine s’est efforcée de maintenir un stock de masques pour filtrer le virus, ainsi que des combinaisons de protection et d’autres articles clés, alors qu’elle cherche à imposer des contrôles de température dans les maisons, les bureaux, les magasins et les restaurants, à exiger le port de masques en public et à empêcher plus de 50 millions de personnes de quitter leur domicile à Wuhan et dans les villes voisines.

Le chef de l’OMS déclare qu’une interdiction complète de la Chine n’est pas nécessaire

La Chine est confrontée à un isolement international croissant en raison des restrictions sur les vols à destination et en provenance du pays, et des interdictions imposées aux voyageurs en provenance de Chine.

Malgré les appels des habitants de Hong Kong en faveur d’une fermeture complète, le chef de l’Organisation mondiale de la santé
Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclaré lundi qu’il n’était pas nécessaire de prendre des mesures qui « interfèrent inutilement avec les voyages et le commerce international » pour tenter d’arrêter la propagation du virus.

« Nous appelons tous les pays à mettre en œuvre des décisions qui soient fondées sur des preuves et cohérentes », a déclaré Tedros au conseil exécutif de l’OMS, réitérant son message de la semaine dernière lorsqu’il a déclaré une urgence internationale.

L’UE envoie du matériel en Chine

La Chine s’est efforcée de maintenir des stocks de masques pour filtrer le virus, ainsi que des combinaisons de protection et d’autres articles essentiels, en cherchant à imposer des contrôles de température dans les maisons, les bureaux, les magasins et les restaurants, à exiger le port de masques en public et à empêcher plus de 50 millions de personnes de quitter leur domicile dans l’épicentre, à Wuhan, et dans les villes voisines.

Pour aider à répondre à la demande, le bureau de l’Union européenne à Pékin a déclaré que les États membres ont expédié 12 tonnes d’équipements de protection en Chine, et que d’autres sont en route.

Lundi, le président chinois Xi Jinping a présidé une réunion spéciale de la plus haute instance du Parti communiste pour la deuxième fois depuis le début de la crise, déclarant que « nous avons lancé une guerre populaire de prévention de l’épidémie ». Xi a menacé de punir ceux qui négligent leurs devoirs, a rapporté le diffuseur public CCTV.

D’autres pays poursuivent les évacuations et limitent l’entrée des Chinois ou des personnes qui ont récemment voyagé dans le pays. Un avion transportant des Malaisiens de Wuhan est arrivé à Kuala Lumpur et les 133 personnes à bord devaient être contrôlées et mises en quarantaine pendant 14 jours, la période d’incubation maximale du virus.

Lundi, Taïwan a ramené chez eux 247 de ses citoyens de Wuhan et avait envoyé trois passagers se faire soigner après avoir constaté qu’ils avaient de la fièvre ou des maux de gorge. Les autres passagers sont mis en quarantaine dans des installations médicales pour les deux prochaines semaines.

La compagnie allemande Lufthansa est la dernière compagnie aérienne internationale à avoir suspendu ses vols vers la Chine, et plusieurs pays interdisent aux voyageurs chinois ou aux personnes ayant récemment transité par la Chine de s’y rendre.

Des patients transférés dans le nouvel hôpital de Wuhan

A Wuhan, les patients ont été transférés dans un nouvel hôpital de 1 000 lits qui, selon les autorités, devrait améliorer l’isolement pour endiguer la propagation du virus. Il a été construit en seulement 10 jours, ses salles préfabriquées étant équipées d’équipements médicaux et de systèmes de ventilation de pointe. Un hôpital de 1 500 lits, également construit spécialement pour les patients infectés par le nouveau virus, devrait ouvrir dans quelques jours.

Comme aucune fin à l’épidémie n’est en vue, les autorités du Hubei et d’ailleurs ont prolongé les vacances du Nouvel An lunaire, qui doivent se terminer cette semaine, jusqu’à une bonne partie du mois de février pour essayer de garder les gens chez eux et de réduire la propagation du virus. Toutes les écoles du Hubei reportent le début du nouveau semestre jusqu’à nouvel ordre, comme beaucoup d’autres à Pékin, Shanghai et ailleurs.

Les scientifiques chinois ont déclaré qu’ils avaient plus de preuves que le virus provenait des chauves-souris. Dans une étude publiée dans la revue Nature, Shi Zhen-Li et ses collègues de l’Institut de virologie de Wuhan ont rapporté que les séquences du génome de sept patients étaient identiques à 96 % à un coronavirus de chauve-souris.

Mardi, les Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies ont déclaré qu’une femme sud-coréenne de 42 ans avait été testée positive au virus, quelques jours après son retour d’un voyage en Thaïlande, avec des frissons et d’autres symptômes.

Il s’agit du 16ème cas de la Corée du Sud. La Thaïlande a confirmé 19 cas, principalement des touristes chinois mais aussi un chauffeur de taxi thaïlandais.

Un passager d’un bateau de croisière japonais a été testé positif après avoir quitté le navire alors qu’il se trouvait à Hong Kong, et des fonctionnaires japonais ont procédé à des contrôles médicaux sur les plus de 3 000 personnes à bord mardi.